Comment faire hériter ses enfants en évitant les frais de succession ?

Temps de lecture : 3 minutes

La transmission d’un patrimoine aux enfants est souvent sujet de préoccupation pour les parents. Les frais de succession peuvent être élevés et entraîner des tensions familiales. Plusieurs solutions existent heureusement pour transmettre un héritage à ses enfants tout en limitant les droits de succession. On vous explique comment procéder.

Utiliser la donation comme moyen de transmission

La donation est un excellent moyen de répartir la transmission du patrimoine entre vos enfants. Elle permet de donner une somme d’argent, un bien immobilier ou encore des titres financiers, de son vivant, et diminuer la valeur de l’héritage soumise aux droits de succession.

Vous pouvez donner jusqu’à 100 000 € par parent et par enfant tous les 15 ans sans payer de droits de donation. Notons aussi que les donations-partages permettent de partager entre les enfants une part plus importante du patrimoine, en donnant à chacun moins que le maximum autorisé.

Ne manquez d’ailleurs pas : Donation indirecte : comment éviter les droits de succession légalement !

Cumuler les abattements fiscaux

En cumulant différents abattements fiscaux lors de la donation, vous pouvez également alléger les droits de succession. Les dons de sommes d’argent de moins de 31 865 € sont exonérés de droits de donation si le donateur a moins de 80 ans et le bénéficiaire plus de 18 ans.

Lire aussi  Rhume imminent ? 5 astuces pour éviter de l'attraper ces prochains jours !

Nous vous rappelons que les donations en nue-propriété permettent de profiter d’un abattement supplémentaire, en fonction de l’âge du donateur.

comment-faire-heriter-ses-enfants-en-evitant-les-frais-succession

Adapter la transmission en cas de familles recomposées

Dans les familles recomposées, la part d’héritage des enfants dépend du nombre de demi-frères et de demi-sœurs. Le choix d’une donation au dernier vivant entre conjoints ou d’un contrat d’assurance-vie permet de protéger le patrimoine transmis à ses enfants.

Cette solution est particulièrement adaptée aux situations où l’un des parents a déjà des enfants issus d’une union antérieure.

Souscrire une assurance-vie

L’assurance-vie offre plusieurs avantages pour transmettre un patrimoine tout en évitant les droits de succession. Sachez que les capitaux décès versés lors du dénouement du contrat sont exonérés de droits de succession dans certaines limites (152 500 € par bénéficiaire).

Sans oublier que l’assurance-vie permet également de désigner librement les bénéficiaires du contrat, qu’ils soient héritiers légaux ou non.

Éviter les conflits familiaux lors de la succession

Pour éviter les mauvaises surprises et les discordes entre les héritiers, vous pouvez mettre les choses au clair avec l’aide d’un notaire. Un testament peut être rédigé pour préciser votre volonté quant à la répartition de votre patrimoine entre vos enfants.

Nous vous invitons à communiquer avec vos proches sur vos intentions et de vous informer sur les différentes options pour transmettre votre héritage.

Lisez aussi : L’allocation de soutien familial : cette aide que personne ne connait est disponible, n’oubliez pas de la réclamer !

Lire aussi  Zodiaque : Quel est votre jour le plus chanceux de l'année selon votre signe astrologique ?

Penser à la procuration en cas d’incapacité

La procuration permet de désigner une personne (un enfant, par exemple) pour gérer et protéger les biens du mandant en cas d’incapacité. Ce dispositif préserve également les intérêts des autres héritiers, en évitant les conflits sur la gestion des biens.

Transmettre un héritage à ses enfants tout en limitant les droits de succession est possible grâce à plusieurs solutions : donation de son vivant, cumul d’abattements fiscaux, assurance-vie et rédaction d’un testament. Mais consulter un notaire est important pour bénéficier d’un accompagnement personnalisé et trouver la solution la mieux adaptée à chaque situation familiale.

Partagez cet article avec vos amis!