Renault : que dit la justice au sujet du scandal lié aux problèmes moteurs 1.2Tce ?

Temps de lecture : 2 minutes

 Jeudi dernier, la Cour d’appel de Versailles a confirmé la décision de justice obligeant le constructeur automobile Renault à fournir des documents aux avocats de l’action collective Motorgate. Cette affaire concerne les problèmes rencontrés par les moteurs 1.2 TCe montés dans certaines voitures du constructeur français.

Des problèmes de surconsommation d’huile

Les véhicules en question sont équipés de moteurs essence 1.2 TCE ou DIG-T, produits par Renault entre octobre 2012 et juin 2016. Les consommateurs ont dénoncé une surconsommation d’huile susceptible d’entraîner la casse du moteur, provoquant un risque pour la sécurité des conducteurs et passagers.

Notons que les consommateurs reprochent à Renault les problèmes de consommation excessive d’huile, les risques d’usure prématurée du moteur, les possibilités de casse du moteur, le manque de prise en charge par le constructeur et les coûts importants pour réparer ou remplacer le moteur.

Une action collective pour défendre les consommateurs

L’action collective Motorgate a été lancée en 2018 pour rassembler et défendre les personnes touchées par ces problèmes de moteur. Depuis le début, l’objectif de cette action est d’obtenir des réponses de Renault sur la qualité et la fiabilité de ses moteurs essence 1.2 TCe et DIG-T, ainsi que des indemnisations pour les préjudices subis par les consommateurs.

Lire aussi  L'émergence des amortisseurs énergétiques : une perspective prometteuse mais incompatible avec les voitures électriques
renault-que-dit-la-justice-au-sujet-du-scadal-lie-aux-problemes-moteurs-1-2-tce

Sachez que les principales revendications de l’action collective sont :

  • Obtenir des explications techniques sur les causes des problèmes de consommation d’huile,
  • Faire reconnaître les dysfonctionnements par le constructeur,
  • Demander des compensations financières pour les dommages causés aux moteurs.

Quelles suites pour l’affaire ?

Le constructeur automobile français doit maintenant transmettre plusieurs documents aux avocats de l’action collective Motorgate, notamment des rapports internes et des communications concernant ces moteurs. Cela permettra de mieux comprendre l’origine des problèmes et d’évaluer la responsabilité de Renault dans cette affaire.

La position de Renault

Jusqu’à présent, Renault a nié toute responsabilité et n’a pas encore reconnu officiellement ces problèmes de moteur. La décision de la Cour d’appel de Versailles pourrait mettre une pression supplémentaire sur le constructeur pour qu’il prenne ses responsabilités et agisse en faveur des consommateurs affectés.

Pourquoi cette affaire est importante

L’affaire Motorgate revêt une importance particulière, car elle met en lumière la responsabilité des constructeurs automobiles dans la qualité et la sécurité de leurs véhicules. Les consommateurs doivent pouvoir compter sur la fiabilité de leurs voitures pour se déplacer en toute sérénité, sans craindre des problèmes de moteur aux conséquences potentiellement dangereuses.

Cette affaire rappelle également que les actions collectives sont un moyen efficace pour les consommateurs de faire valoir leurs droits face à des entreprises souvent puissantes et influentes, qui ont parfois tendance à privilégier leurs intérêts financiers au détriment de la satisfaction et du bien-être de leurs clients.

Lire aussi  Les raisons de privilégier l'Alfa Roméo Milano pour votre prochain véhicule

Dans cette optique, la décision de la Cour d’appel de Versailles constitue une victoire pour les consommateurs qui attendent désormais des réponses claires et précises ainsi que des indemnisations pour les préjudices subis.

Partagez cet article avec vos amis!