La Chine contrainte de ralentir sa production de voiture électrique

Temps de lecture : 2 minutes

Le gouvernement chinois souhaite désormais réguler la production de voitures électriques en Chine, ainsi que le lancement de nouveaux modèles. Après la multiplication des marques et des modèles au cours des dernières années, il semblerait que le marché local soit arrivé à un point de saturation.

Les mécanismes mis en place par le gouvernement pour favoriser le développement des véhicules électriques ont conduit à une croissance rapide du secteur, mais aussi à quelques problèmes, notamment la prolifération non contrôlée des entreprises proposant des véhicules électriques.

Citons aussi la surproduction de ces véhicules, avec des stocks difficiles à écouler, et le manque d’infrastructures adéquates pour soutenir la demande grandissante.

Résultats contrastés d’une politique ambitieuse

En quelques années seulement, la Chine est devenue le premier marché mondial des véhicules électriques, grâce notamment à des politiques incitatives en faveur de cette technologie. Mais ces incitations semblent avoir créé une bulle qui menace maintenant de faire imploser le secteur.

L’exemple de Nio : difficultés pour un géant local

Pionnier chinois de l’électromobilité, Nio connaît des difficultés depuis quelques mois. Malgré un chiffre d’affaires en constante augmentation, la société ne cesse de creuser ses pertes. Le surcoût engendré par la construction de nouvelles usines pour maintenir une croissance rapide se révèle un véritable challenge.

Lire aussi  Révélation : les voitures électriques les moins recommandées de cette année !
la-chine-contrainte-de-ralentir-sa-production-de-voiture-electrique

Des mesures protectionnistes qui n’ont pas toujours les effets escomptés

Les entreprises étrangères œuvrant dans le domaine de l’électromobilité ont également connu des problèmes en Chine. En raison des politiques favorables aux entreprises locales, beaucoup ont été contraintes soit à s’associer avec elles (cas de Tesla et Volkswagen), soit à quitter totalement le marché chinois (exemple de Byton).

Un plan global trop optimiste pour la transition vers les véhicules électriques ?

En 2019, le gouvernement chinois a dévoilé un plan ambitieux pour que les véhicules électriques représentent environ 25 % des ventes de voitures neuves d’ici 2025. Mais malgré une croissance soutenue du secteur ces dernières années, plusieurs signaux montrent que ce pari pourrait être compromis :

  • Baisse des incitations financières du gouvernement,
  • Saturation du marché intérieur,
  • Développement insuffisant du réseau de recharge,
  • Volatilité trop élevée du prix des terres rares nécessaires à la production de batteries.

Vers une remise en question de la stratégie chinoise ?

Ces écueils pourraient pousser la Chine, principal acteur mondial du secteur des véhicules électriques, à revoir sa stratégie de soutien et d’investissement. Une remise en question qui pourrait avoir un impact majeur sur l’évolution du marché international des voitures électriques.

Une transition nécessairement progressive

S’il est indéniable que les politiques chinoises ont largement contribué au développement rapide des véhicules électriques, il apparaît aujourd’hui que la volonté d’accélérer cette industrie peut entraîner des effets indésirables. Un investissement trop rapide et mal contrôlé, notamment dans les infrastructures, la production et la commercialisation des nouvelles technologies, peut déstabiliser le marché local et enrayer la dynamique positive.

Lire aussi  Cette marque prestigieuse du monde automobile ne connait pas la crise !

S’il est important de prendre en compte l’urgence climatique et de promouvoir activement des solutions plus respectueuses de l’environnement pour la mobilité, avancer progressivement est fondamental, notamment avec un œil attentif sur les enjeux infrastructurels, économiques et sociaux.

Partagez cet article avec vos amis!