Bonus écologique terminé : ces constructeurs s’engagent à poursuivre l’aide !

Temps de lecture : 2 minutes

L’année 2023 a été marquée par le succès inédit de MG Motor et ses 34 441 immatriculations grâce à sa gamme électrique. Cette tendance se poursuit en ce début d’année 2024, malgré l’absence de bonus et avec une aide pouvant aller jusqu’à 7 000 euros jusqu’au 31 janvier sur les voitures en stock.

Les interrogations sur le plan d’aide à l’achat des voitures électriques

Du côté de Bercy, on peut s’interroger sur la validité du vaste plan d’aide à l’achat des voitures électriques. En réalité, c’est moins le client que l’on aide que les constructeurs, incités à conduire à marche forcée dans cette direction pour proposer toujours plus de modèles électrifiés.

La guerre des prix dans l’industrie automobile

Cette situation entraîne une véritable guerre des prix au sein de l’industrie automobile, où les constructeurs se font concurrence en offrant des rabais importants sur leurs véhicules électriques, notamment ceux en stock. Cette concurrence accrue pourrait avoir un impact non négligeable sur les bénéfices des entreprises mais également sur la qualité des véhicules proposés.

Lire aussi  Salaire des fonctionnaires : ces agents qui vont profiter d’une augmentation d’au moins 640 euros par an
fin-du-bonus-ecologique-certains-constructeurs-maintiennent-l-aide-a-leur-charge-voici-la-liste

Des consommateurs perdus face aux différentes offres et aides

Outre cette guerre des prix, la multiplication des offres et des aides en faveur des véhicules électriques peut également créer une certaine confusion chez les consommateurs, qui peinent à s’y retrouver parmi toutes ces incitations et se posent la question de l’intérêt réel d’investir dans un véhicule électrique.

Le rôle du gouvernement et la question des bonus sélectifs

Le gouvernement est souvent pointé du doigt pour sa politique de bonus sélectifs, accusé de favoriser certains constructeurs au détriment d’autres, notamment ceux dont les gammes ne sont pas encore entièrement électrifiées.

Les discussions actuelles sur la mise en place d’une taxe kilométrique sur les voitures électriques font monter davantage la pression sur le secteur automobile et remettent en question les incitations à choisir un véhicule électrique plutôt qu’un modèle essence ou diesel classique.

L’influence du bonus sélectif sur la concurrence entre constructeurs

Le système de bonus sélectif peut influencer directement la concurrence entre les constructeurs automobiles qui tentent de capter une part de marché toujours plus importante sur le segment des véhicules électriques. Cela conduit inéluctablement à une guerre des prix, où chaque constructeur essaie de proposer les tarifs les plus attractifs possibles pour attirer les consommateurs, quitte à sacrifier une partie de leurs marges.

Lire aussi  Hyundai et Kia parient sur l'hydrogène pour révolutionner l'avenir des voitures

La nécessité d’une transition écologique plus cohérente

Pour éviter cette escalade et garantir une transition écologique réellement efficace, mettre en place des politiques publiques plus cohérentes et équilibrées privilégiant le long terme – et la qualité des produits proposés aux consommateurs en matière de véhicules électriques – est fondamental.

Un secteur automobile à l’aube d’un grand bouleversement

La politique de bonus sélectifs semble mener l’industrie automobile vers une guerre des prix inédite, avec pour principaux acteurs les constructeurs et leurs gammes de véhicules électriques.

Pour maintenir un marché sain et assurer une transition écologique réussie, les pouvoirs publics doivent repenser leur approche, en mettant en œuvre des mesures cohérentes et en favorisant une concurrence juste et équilibrée entre les différents acteurs du secteur.

Partagez cet article avec vos amis!