Fin des voitures thermiques en 2035 : ce que les Français ignorent

Temps de lecture : 2 minutes

La pollution des voitures thermiques reste constante malgré les règlementations

Selon un rapport de la Cour des comptes européenne, les voitures thermiques continuent de polluer autant qu’avant, malgré les réglementations sur les émissions de CO2. En effet, ces véhicules n’ont pas réduit leurs émissions en conditions réelles, faisant craindre une stagnation des efforts pour lutter contre le changement climatique.

Les SUV pointés du doigt

La faute aux SUV ? Ces derniers sont notamment critiqués pour leurs importantes émissions de gaz à effet de serre. Alors que l’électrification du parc est présentée comme la meilleure option pour l’environnement, les voitures thermiques peinent à être remplacées par des modèles plus propres et efficients.

L’UE appelle à accélérer la transition vers l’électrique

D’après les données collectées par l’observatoire Cetelem de l’Automobile et d’autres études menées au niveau européen, les voitures électriques arrivent désormais en tête des intentions d’achat devant les véhicules à essence. Toutefois, les automobilistes français expriment encore des inquiétudes concernant les modèles à batterie. Voici quelques points qui méritent l’attention :

  • Autonomie insuffisante : Les Français craignent que les véhicules électriques ne disposent pas d’une autonomie suffisante pour effectuer de longs trajets.
  • Temps de recharge trop long : Les temps de recharge des batteries sont souvent perçus comme un frein à l’adoption de ces voitures, notamment lorsqu’il s’agit de voyages sur de grandes distances.
  • Manque d’infrastructures : L’absence de bornes de recharge en nombre suffisant est également source d’inquiétude pour les conducteurs, car cela peut générer des situations de panne sèche et ainsi limiter la mobilité.
Lire aussi  Les péages d’autoroute pour les poids lourds seront plus chers selon leurs émissions de CO2 d’ici 2030

Mais il faut aussi souligner les nombreux avantages des voitures électriques :

  • Émissions de CO2 quasi nulles : L’un des principaux atouts des véhicules électriques est leur impact réduit sur l’environnement. En effet, ils sont responsables de très faibles émissions de gaz à effet de serre, voire aucune dans certains cas.
  • Réduction des coûts d’entretien : Une voiture électrique nécessite moins d’entretien qu’une voiture thermique. Moins de pièces sont susceptibles de s’user ou de tomber en panne, ce qui entraîne une baisse des frais d’entretien et de réparation.
  • Conduite silencieuse et douce : Les véhicules électriques sont silencieux et offrent une conduite douce et agréable. Cela permet de réduire significativement les nuisances sonores dans les zones urbaines, et d’améliorer le confort de conduite.

Des mesures en faveur des véhicules électriques pour 2035 ?

Afin d’encourager la transition vers l’électrique, plusieurs mesures pourraient être mises en place par les autorités françaises et européennes à l’horizon 2035 :

  • Bonus écologique : Le renforcement des aides financières pour l’achat d’un véhicule électrique pourrait inciter davantage de consommateurs à choisir cette option.
  • Investissement dans les infrastructures : Installer davantage de bornes de recharge sur les routes françaises et européennes serait un moyen efficace de répondre aux préoccupations des automobilistes quant au manque de points de charge.
  • Éducation et sensibilisation : Informer les consommateurs sur les avantages et les défis des véhicules électriques est essentiel pour encourager leur adoption. Des campagnes d’information ciblées pourraient permettre de lever certaines appréhensions et de promouvoir ces modèles plus respectueux de l’environnement.
Lire aussi  Le Renault Scenic 2024, un sérieux concurrent pour le Peugeot 3008 ?

La fin des voitures thermiques en 2035 constitue un objectif ambitieux, mais nécessaire pour lutter contre le changement climatique et améliorer la qualité de l’air. Pour cela, il est impératif de surmonter les freins à l’adoption des véhicules électriques et de mettre en place des politiques incitatives qui encouragent les consommateurs à opter pour ces modèles plus écologiques. Il reste cependant encore beaucoup d’efforts à fournir pour que l’électrification du parc automobile devienne une réalité, notamment en termes d’infrastructures, d’éducation et de sensibilisation du public.

Partagez cet article avec vos amis!