Kelly Slater dénonce le projet de nouvelle tour des juges pour le surf les JO de Paris

Temps de lecture : 2 minutes

La légende du surf et multiple champion du monde, l’Américain Kelly Slater, a récemment exprimé son opposition à la construction d’une nouvelle tour des juges en vue de l’épreuve de surf à Tahiti des Jeux olympiques 2024. Dans un post Instagram, il soutient les opposants au projet et dénonce le compromis trouvé par les autorités au détriment de l’environnement.

Les critiques fusent après l’annonce du projet

Après que le surfeur local Matahi Drollet a posté une vidéo dénonçant le projet, plusieurs acteurs du milieu du surf ont exprimé leur inquiétude quant aux conséquences écologiques de cette construction.

Slater rejoint les rangs des détracteurs du projet, mettant sans hésitation en cause les dégâts potentiels causés par cette infrastructure sur l’environnement. Selon lui, « cela n’a aucun sens de faire ça pour deux jours de compétition ».

Lisez aussi : Découvrez comment l’écologie transforme le monde de l’automobile !

Un projet critiqué par les principaux acteurs du milieu du surf

Le projet de construction d’une nouvelle tour des juges pour les épreuves de surf des prochains Jeux Olympiques ne fait pas l’unanimité chez les principaux acteurs du monde du surf.

Lire aussi  Les jours du moteur électrique sont comptés : est ce qu'il est toujours intéressant de passer à l'électrique ?
kelly-slater-denonce-le-projet-de-nouvelle-tour-des-juges-les-jo-paris

Le support de Kelly Slater, considéré comme le meilleur surfeur de tous les temps, est un renfort de poids pour les opposants à la construction de cette tour, et un obstacle de taille pour le comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques de 2024.

Les enjeux environnementaux au centre du débat

La question des impacts écologiques de la construction de cette tour est au cœur des préoccupations des opposants au projet.

Les critiques portent notamment sur la nécessité d’une telle infrastructure pour une compétition qui ne durera que deux jours. Les défenseurs de l’environnement redoutent que cette construction puisse avoir des conséquences néfastes sur le site de Teahupo’o, lieu emblématique de la pratique du surf à Tahiti.

Certaines propositions alternatives ont été émises, comme la mise en place de structures temporaires ou mobiles, moins impactantes pour l’environnement.

Un défi de taille pour le comité d’organisation des JO de Paris

Cette polémique vient s’ajouter aux nombreux défis auxquels doit faire face le comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques de 2024. La nécessité de trouver un accord entre les acteurs concernés et la préservation de l’environnement impose aux organisateurs de trouver des solutions adaptées pour les épreuves de surf.

Lire aussi  Tri des poubelles : Risque d'amendes de 32 euros au 1er janvier si non respecté

Lisez aussi : Se déplacer sans se ruiner : modes de transport économiques à découvrir !

La recherche de compromis pour satisfaire toutes les parties

Nul doute que cette polémique place le comité d’organisation dans une situation délicate, tant les enjeux environnementaux sont sensibles et cruciaux pour l’avenir du sport.

Les différentes parties concernées devront trouver un terrain d’entente sur la question de la construction de la tour des juges, afin d’assurer le bon déroulement des épreuves de surf lors des JO de 2024, tout en préservant l’écosystème fragile de Tahiti.

Partagez cet article avec vos amis!