Des caméras de surveillance pour les JO 2024, mais pas de mise en place de la reconnaissance faciale

Temps de lecture : 2 minutes

Les Jeux Olympiques de Paris en 2024 représentent un immense défi d’organisation et de sécurité. Pour assurer cette dernière, l’adoption de la vidéosurveillance algorithmique a été prévue pour détecter automatiquement les faits et gestes potentiellement à risques. Toutefois, cette technologie suscite des inquiétudes quant aux libertés publiques.

L’intelligence artificielle au service de la sécurité

Cette technologie de vidéosurveillance par intelligence artificielle (IA) doit permettre de surveiller plus efficacement les zones sensibles comme les stades et leurs abords, les infrastructures ou encore les lieux publics afin de prévenir tout incident lors des JO 2024. Il s’agit d’une opportunité unique pour étudier l’efficacité de ces dispositifs avant, peut-être, de les étendre à toute la France de façon permanente après l’événement.

Pas de reconnaissance faciale pour le moment

Si l’utilisation de la vidéosurveillance algorithmique soulève déjà des questions quant aux atteintes aux libertés individuelles, il faut préciser que la reconnaissance faciale ne sera pas mise en place pour les JO 2024, une fonction qui serait par ailleurs interdite en France. En effet, la police nationale utiliserait depuis 2015, dans plusieurs départements, un système de vidéosurveillance dont certaines fonctions, comme la reconnaissance faciale, sont pourtant interdites en France.

Lire aussi  Comment choisir une mutuelle santé adaptée à votre budget.

Une régulation nécessaire et des contrôles à venir

Il apparaît crucial de réguler l’utilisation de ces dispositifs de surveillance pour protéger les citoyens sans entraver leurs libertés. La Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) a annoncé une procédure de contrôle vis-à-vis du ministère de l’Intérieur suite à la publication d’une enquête journalistique informant d’une possible utilisation par la police nationale d’un logiciel de vidéosurveillance édité par Briefcam.

Les Jeux Olympiques de Paris, prévus pour 2024, représentent un défi colossal en termes d’organisation et de sécurité. Dans ce contexte, l’adoption de la vidéosurveillance algorithmique est envisagée comme un moyen d’améliorer la surveillance des zones à risque, telles que les stades et leurs environs, les infrastructures clés et les espaces publics.

Quel avenir pour la vidéosurveillance algorithmique après les JO 2024 ?

Si la technologie de vidéosurveillance par IA doit être mise en place durant les JO de Paris en 2024, son expérimentation est censée cesser fin mars 2025. Cependant, une prolongation de cette période d’essai semble envisageable selon le gouvernement.

Lire aussi  Comment remporter les 100 000 euros du Loto avec une astuce simple : Tous les détails !

Une possible extension à l’ensemble du territoire français

La Ministre des Sports a récemment évoqué l’éventualité d’étendre la vidéosurveillance algorithmique à toute la France après le déroulement des Jeux Olympiques, suscitant ainsi des interrogations sur la pérennité de ce dispositif et ses impacts sur les libertés publiques.

Il sera donc crucial de suivre l’évolution de ces technologies et leur encadrement légal afin de préserver un juste équilibre entre sécurité et respect de la vie privée des citoyens français. La question de l’utilisation de la reconnaissance faciale reste également ouverte et pourrait susciter de nombreux débats dans les prochaines années.

Partagez cet article avec vos amis!