Une famille dans le vent

Mélissa
Mélissa Dion
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Les Robichaud : des aviateurs passionnés

Pour la famille Robichaud, l’aviation constitue une véritable passion. Les Hebdos du Suroît explorent l’univers peu banal de cette famille de Pincourt.

Sébastien, Annie et Nicolas Robichaud sont frères et sœur. Ils ont un parcours inusité. En effet, avant même d’être en âge de conduire une voiture, ils apprenaient à piloter un avion. « C’est mon père qui nous a transmis sa passion. Lorsqu’on est arrivés en âge de piloter, mon père a acheté un avion et a commencé notre formation. C’est ainsi que mon frère, ma sœur et moi avons commencé à piloter », raconte Sébastien Robichaud.

Nicolas avait donc 14 ans, Annie, 15 ans et Sébastien, 16 ans lorsqu’ils ont effectué leur premier vol solo. Nicolas se souvient toutefois d’avoir partagé ce premier vol avec son chien, un golden retriever.

La réalité des enfants Robichaud était bien loin de ressembler à celle des jeunes de leur âge. « Il faut savoir que, mon tout premier vol, je l’ai fait dans le ventre de ma mère. Au deuxième vol, j’avais deux semaines seulement. On se rendait alors chez mes grands-parents », souligne Nicolas Robichaud.

Ainsi, piloter un avion s’avérait tout à fait naturel, voire nécessaire, pour les Robichaud. Ils ont vu, dès leur plus jeune âge, leur père s’adonner à cette passion, ce qui a probablement contribué à attiser leur flamme. Et la passion de l’aviation, elle est contagieuse : tous les membres de la famille sont partis à la conquête de cet univers.

Pilotes professionnels

Aujourd’hui âgé de 22 ans, Sébastien terminera sous peu ses études en ingénierie aéronautique à l’Université de Montréal. Il travaille à temps partiel comme pilote-instructeur à l’aérodrome des Cèdres et à celui de Lachute.

« Le plaisir d’être instructeur, c’est que chaque vol est différent. Tu peux faire deux vols de suite, faire les mêmes manœuvres, mais les vols seront complètement différents », assure Sébastien.

Nicolas terminera bientôt une qualification de vol aux instruments. Il souhaite d’ailleurs postuler à l’École nationale d’aérotechnique de Saint-Hubert dans l’espoir de devenir technicien en mécanique d’aéronefs.

Annie, âgée de 20 ans, a été embauchée récemment par Hewitt Caterpillar, une entreprise de Pointe-Claire, comme mécanicienne d’équipement lourd. Celle qui a mené son premier solo s’entraîne pour devenir pilote privé.

Leur mère, Lucie Fournier, a elle aussi succombé à la tentation : elle a entrepris il n’y a pas très longtemps un cours de pilotage.

Enfin, leur père, Yvan Robichaud, n’est pas en reste. Dans le domaine depuis 31 ans, l’homme poursuit aujourd’hui sa passion en pilotant un Airbus-330 d’Air Canada. Celui qui a fait son entraînement au sein des Forces canadiennes comme pilote de chasse et d’hélicoptère est également instructeur.

Cap sur l’aventure

Au printemps dernier, Nicolas s’est rendu au Missouri pour prendre en charge un avion amphibie. En deux jours, il a parcouru 2254 km. De son côté, Sébastien est allé chercher en août un Cessna en Colombie-Britannique. Il a traversé le Canada avec un étudiant, un voyage de trois jours au cours duquel il a parcouru 3550 km. Une expérience rêvée et, surtout, pour ces jeunes aviateurs, une chance quasi inespérée. Après tout, peu de pilotes peuvent se vanter d’avoir vécu à cet âge une aventure aussi enrichissante et pleine de surprises.

Projet familial

Le 6 juillet 2012, la famille prévoit réaliser un saut en parachute à Voltige, l’école de parachutisme de Guillaume Lemay-Thivierge. Le comédien était d’ailleurs de passage à L’Île-Perrot en 2009 pour le tournage du film Les pieds dans le vide.

« Il s’agira pour moi d’un premier saut, d’indiquer Yvan Robichaud. Les garçons ont déjà sauté, puisqu’ils étaient figurants lors du tournage du film. » Et d’ajouter : « Nous serons donc 14 pilotes à sauter. Le seul qui devra demeurer à bord est Nicolas. »

Pour les Robichaud, il s’agit là d’un autre défi exaltant à relever, un projet qu’ils réaliseront une fois de plus en famille.

Les Hebdos du Suroît ont récemment reçu une invitation plutôt difficile à refuser : survoler la région à bord de l’un des trois appareils de type Cessna appartenant aux Robichaud. La première partie du reportage à ce sujet est disponible sur le site Internet de Première Édition, au www.journalpremiereedition.com. La suite sera présentée le samedi 26 novembre prochain.

Organisations: Université de Montréal, Cessna, École nationale d’aérotechnique de Saint-Hubert Airbus Air Canada Forces canadiennes école de parachutisme de Guillaume Lemay-Thivierge

Lieux géographiques: Lachute, Pointe-Claire, Missouri Colombie-Britannique Canada L’Île-Perrot

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires