La Coop de l’île prend son envol

Christopher
Christopher C. Jacques
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Un été d’apprentissage

Pincourt – Le 26 juin, 17 jeunes de 13 à 16 ans de l’île Perrot se réunissaient pour former la neuvième édition de la Coop de l’île. Et ces coopérants ne chôment pas. Ils doivent en effet apprendre les rouages de l’entrepreneuriat et du système des coopératives afin de remplir divers mandats donnés par les résidents.

Les coordonnatrices s’avouent surprises de l’affluence des candidatures pour pourvoir la quinzaine de places au sein de la coopérative. Lysa-Marie Hontoy et Mélanie Elliott ont sélectionné 17 des 70 postulants selon, entre autres, leur jugement, leur leadership et leur capacité à résoudre des problèmes.

Le groupe est résolument hétéroclite. On y trouve des francophones, des anglophones ainsi que des néo-Québécois tous unis dans leur désir de profiter au maximum de la saison estivale pour acquérir une expérience formatrice.

Démocratie et coopération

Les premiers jours de la coopérative qui se dissoudra le 15 août ont été consacrés à la formation des coopérants afin qu’ils soient en mesure de gérer leur entreprise et de réagir à différentes situations.

Les jeunes ont aussi eu à former, selon leurs intérêts et leurs compétences, des comités pour gérer la coopérative. Ils ont choisi ou accepté, selon un processus démocratique, de travailler au sein des comités des finances, du marketing ou des ressources humaines ou encore de l’exécutif.

Le conseil d’administration se réunira chaque semaine afin d’assurer la gestion de la coopérative. Afin que le travail soit réparti équitablement, les coopérants utiliseront une corde à linge où ils placeront leurs noms. Chaque fois qu’un mandat échoira à un travailleur, son nom sera replacé à la fin de la file.

Les coopérants devront, en plus de travailler, faire du bénévolat pour prendre les appels de citoyens et siéger à des comités.

Les organisatrices, étudiantes en psychologie, souhaitent ainsi inculquer aux participants le sens des responsabilités, l’autonomie, la solidarité et le désir de coopérer. Ainsi, en plus d’acquérir une précieuse expérience, les coopérants pourront accumuler de l’argent.

16 ans, engagée et mature

Léa Bédard-Beaulieu a été élue présidente du conseil d’administration par ses pairs dès le premier jour de travail en commun. Bien qu’elle ait un peu de mal à l’avouer, son leadership est frappant. Elle est engagée dans la vie communautaire depuis déjà quelques années, ayant fait du bénévolat à l’école, mais aussi à titre personnel. Elle prépare un voyage au Costa Rica, dans le cadre d’une activité scolaire, afin de travailler dans une coopérative de canne à sucre.

Selon Lysa-Marie Hontoy, la jeune présidente fait preuve d’une objectivité et d’une rationalité assez surprenantes pour une adolescente de 16 ans.

La dernière coopérative a rempli 50 contrats. Les nouveaux entrepreneurs espèrent faire mieux cette année. Ils en ont accepté six pour l’instant.

Ces 17 jeunes ne voulaient pas passer leur été à ne rien faire : ils ont pris les moyens de s’occuper.

Lieux géographiques: Costa Rica

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires