Des citoyens mécontents

Mélissa
Mélissa Dion
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Constats d’infraction pour stationnement interdit

Neuf copropriétaires ont reçu une contravention pour stationnement interdit le 12 janvier dernier à L’Île-Perrot. Ils demandent tous à la Ville d’en assumer les frais.

Les copropriétaires d’un immeuble de condos situé sur la rue de Maricourt à L’Île-Perrot refusent de payer leur contravention pour stationnement interdit. Le 6 mars, ils ont d’ailleurs fait parvenir une lettre en ce sens au conseiller municipal André Legault.

Alors qu’il leur était impossible de garer leur voiture dans leur propre stationnement à cause d’une rampe d’accès couverte de glace, ces résidents l’ont stationnée dans la rue. Mauvaise surprise au réveil : tous se sont retrouvés avec un constat d’infraction.

Une citoyenne a indiqué, en entrevue aux Hebdos du Suroît, que le groupe de résidents dont elle fait partie s’oppose au paiement de ces contraventions pour une simple et bonne raison : « Aucune signalisation interdisant le stationnement des véhicules dans la rue se trouve sur la rue de Maricourt. Cette signalisation est pourtant requise par la loi. »

Des panneaux d'interdiction de stationnement en période hivernale sont toutefois installés aux entrées de la ville. Outre ces panneaux, qui sont en place toute l'année, les citoyens sont avisés par le site Internet de la Ville et le panneau d'affichage en face de l'hôtel de ville.

 

Comme le précise le directeur général de L’Île-Perrot, André Morin, la population n’ignore pas les règlements municipaux harmonisés en matière d’interdiction de stationnement en période hivernale. De la publicité est d’ailleurs réalisée chaque année dans toutes les villes du Québec.

La rue de Maricourt est une rue en pente, ce qui ne facilite guère les manœuvres des véhicules de déneigement et d’épandage d’abrasifs. « Il est donc normal qu’aucun véhicule n’y soit toléré et que des constats d’infraction soient délivrés », explique André Morin.

Selon lui, les citoyens de L’Île-Perrot doivent être conscients de « la difficulté qu’ont les opérateurs municipaux de véhicules lourds à faire leur travail à travers les automobiles. (…) Si la Ville ne peut déneiger et appliquer des abrasifs, les résidents de cette rue n’en seront pas plus heureux. »

Le 16 janvier dernier, les neuf copropriétaires ont adressé une lettre à la cour municipale régionale de Vaudreuil-Soulanges afin de défendre leur point de vue. « Personne n’a reçu quelque réponse que ce soit à la lettre, mais bien un avis d’audition pour refus de payer le billet », souligne la résidente.

Tous prévoient donc se rendre à l’audition et se représenter eux-mêmes. Pour eux, aucun doute qu’ils remporteront la cause sans difficulté en raison de la signalisation manquante.

Une question persiste toutefois pour cette citoyenne : « Pourquoi vouloir encombrer les tribunaux des cours municipales et dépenser l’argent des contribuables quand une cause est perdue d’avance pour la Ville? »

Pour le directeur général de L’Île-Perrot, les personnes concernées sont entièrement libres de contester un constat d’infraction et de faire valoir leurs droits devant les tribunaux. L’entreprise responsable de déglacer et d’entretenir la rampe d’accès serait davantage à blâmer. « S’ils sont condamnés à payer les infractions, ils (les citoyens) devraient quant à moi intenter un recours collectif contre l’entreprise à qui ils ont accordé un contrat d’entretien en période hivernale et qui est responsable de cette situation en n’ayant pas effectué correctement son travail. »

Des citoyens de la rue de Maricourt, à L’Île-Perrot, demandent à la Ville de payer les constats d’infraction qu’ils ont reçus pour stationnement interdit. (PHOTO MÉLISSA DION)

Lieux géographiques: L’Île-Perrot, Rue de Maricourt, Hebdos du Suroît Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires