Les comités ZIP vigilants

Elizabeth
Elizabeth Caron
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Exploitation des hydrocarbures dans le fleuve

Soulagés, les comités ZIP demeurent toutefois vigilants en matière d’exploitation des hydrocarbures dans l'estuaire et le nord-ouest du golfe.

gaz de schiste

Le 23 novembre, Stratégies Saint-Laurent et les comités ZIP du Haut-Saint-Laurent, de Jacques-Cartier, des Seigneuries, du Lac-Saint-Pierre, de Québec et de Chaudière-Appalaches ont accueilli avec soulagement et satisfaction la déclaration de la ministre Normandeau, reprise les 10 et 11 novembre dans les médias, de prolonger à la portion fluviale du Saint-Laurent la mesure visant à interdire l’exploitation des hydrocarbures dans l'estuaire et le nord-ouest du golfe.

Stratégies Saint-Laurent, par l’entremise de son mémoire déposé à la commission du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) sur le développement durable de l'industrie des gaz de schiste au Québec, soulève des inquiétudes au sujet de la présence de droits gaziers et pétroliers octroyés récemment dans la portion fluviale du Saint-Laurent.

Une certaine ambiguïté persiste donc quant à la possibilité d’exclure l’exploitation des hydrocarbures sur les berges et les îles du Saint-Laurent.

En effet, le mémoire en question souligne le risque que comporte ce type d’exploitation dans le fleuve, écosystème riche et fragile déjà soumis à de fortes pressions. Il cite également la présence de droits gaziers et pétroliers qui pourraient nuire au maintien et au développement d’un réseau d’aires protégées dans un secteur qui en compte déjà trop peu.

Enfin, Stratégies Saint-Laurent s’inquiète des répercussions de cette exploitation sur les usages actuels (navigation, pêche...) et futurs, dont la baignade, associés à cette portion du Saint-Laurent.

Garder l’œil ouvert

Bien que Stratégies Saint-Laurent et la majorité des comités ZIP qui composent la Commission d’eau douce se disent soulagés et satisfaits de la décision de la ministre Normandeau, le réseau demeure vigilant. En effet, selon Pierre Latraverse, vice-président de Stratégies Saint-Laurent, « la ministre n’a pas pris d’engagements fermes quant au retrait de droits d’exploitation sur les îles et les rives du fleuve, ce qui demeure une situation préoccupante ».

« Les recommandations au BAPE, visent l’interdiction de l’exploitation des hydrocarbures dans la portion fluviale du Saint-Laurent, incluant non seulement les rives et les îles, mais également l’instauration d’une évaluation environnementale pour l’ensemble du processus lié à l’exploitation des gaz de shiste. Ces demandes demeurent légitimes et d’actualité. »

Stratégies Saint-Laurent entend suivre le dossier avec le plus grand intérêt. « Il est de notre responsabilité de questionner tout ce qui touche à l’eau et immanquablement au fleuve », conclut Claire Lachance, directrice du Comité ZIP du Haut-Saint-Laurent.

Organisations: BAPE, Commission du Bureau d’audiences publiques, Commission d’eau douce Comité ZIP du Haut-Saint-Laurent

Lieux géographiques: Stratégies Saint-Laurent, Québec, Jacques-Cartier Chaudière-Appalaches îles du Saint-Laurent

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires